Une soirée enquête sur les fantômes d’Asie

Cette fois je change complètement de sujet ! Et ce sera un peu plus effrayant… Dommage qu’Halloween soit déjà passée !

Cet été je travaillais dans un musée et j’ai parcouru une de leurs expos en long et en large : « Enfers et fantômes d’Asie ».

Je trouve ce sujet fantastique (et c’est le bon mot !) pour aborder un petit peu une (il faudrait dire « des » en fait !) culture complètement différente de la nôtre ! Je vous propose dans cet article quelques activités à faire autour des fantômes d’Asie ! Un petit article en quatre parties :

  1. Le saviez-vous ? 
  2. Les activités
  3. Le grand jeu : la Murder Party (soirée enquête)
  4. Pour aller plus loin

Nous connaissons tous des histoires de fantômes. Etant petits on s’est tous déguisés avec un drap blanc pour jouer à faire peur. Mais il faut savoir que ces créatures peuplent l’imaginaire de toutes les civilisations, et vous savez quoi ? La perception que l’on a des fantômes n’est pas la même partout !

Petit tour d’horizon en Asie donc…

Le saviez-vous ?

Les fantômes asiatiques ne sont pas les mêmes que les fantômes occidentaux

Et non ! Comment voyez-vous les fantômes ? Des formes blanches presque translucides ou des corps vaporeux recouverts de draps blancs avec des yeux qui flottent en l’air ? C’est en tout cas la perception des fantômes que l’on a en Occident. Mais en Asie de l’est, les fantômes ont une forme humaine (certes plus ou moins spectrale tout de même) et portent souvent la marque de l’agression qui a causé leur mort. Ce n’est pas très joli à voir…

Fantôme Iohata - Utagawa Toyokuni - photo de EunostosFantôme Kohada Koheiji - Hokusai

 

 



Comme notre chère Dame blanche, les fantômes asiatiques ont une histoire

Oiwa, Madame Nak, Kaibyo, Okiku, … autant de noms de fantômes asiatiques légendaires ! Avec chacun leur histoire morbide…

Oiwa était une jolie femme mais son mari, qui voulait en épouser une autre, l’a défigurée et l’a poussée à se suicider.

Okiku était une servante, accusée d’avoir cassé des assiettes et jetée dans un puits. Elle revient alors toutes les nuits sous forme de fantôme pour compter les assiettes pour hanter celui qui est responsable de sa mort jusqu’à les rendre fous.

Madame Nak est morte en donnant naissance à son fils. Elle commet des crimes chaque soir, non pour se venger, mais parce qu’elle est revenue sous forme d’esprit mauvais. C’est un moine qui viendra l’exorciser et la libérer de son fardeau.

Phi Krasü (spectre à tête volante en thaïlandais) est un spectre qui, le jour, a une apparence de jolie femme et, la nuit, se transforme. Sa tête se détache alors de son corps entrainant les entrailles et elle vole dans le ciel à la recherche de nourriture. Elle ne se nourrit surtout que de choses dites répugnantes (poissons pourris, excréments, …) mais elle adore surtout les nourrissons. Il est dit que pour s’en débarrasser il suffit de cacher son corps et la tête finira par mourir à force de le chercher.

Fantôme Oiwa - Hokusai

Catwoman était à l’origine un fantôme asiatique

Tout le monde connait peut-être Catwoman. La cambrioleuse ennemie de Batman qui ne veut ni le bien ni le mal. Selon les versions, ce n’est pas la même histoire mais elle est toujours habillée sous les traits d’un chat.

Il existe aussi une catwoman au Japon, mais beaucoup plus ancienne : Kaibyo (femme-chat en japonais). Celle-ci était une servante morte victime d’agression sexuelle par le maître de maison. A sa mort, un chat vient lécher son sang et elle renait comme fantôme vengeur. Elle est capable de manipuler ses victimes comme des marionnettes pour les tuer.

Les fantômes asiatiques aident en fait à chasser les horreurs de la société

Parce qu’ils ont été tués selon des codes immoraux, ils reviennent hanter le meurtrier et se venger. Ils sont utilisés dans les récits populaires comme étant moralisateurs. Raconter leur histoire permet en fait de rappeler ce qu’il ne faut pas faire à son prochain.

Les activités

Et maintenant place à quelques activités de fantômes pour préparer une super soirée qui fait peur… brrrrr

Le théâtre d’ombres de fantômes

En Asie de l’est, le théâtre tient une grande place. Il a eu plusieurs formes (le dixi et le nuoxi en Chine, le théâtre nô, le théâtre kabuki, …) et vous connaissez probablement les ombres chinoises, lorsqu’on utilise ses mains sur un faisceau lumineux pour faire des ombres et créer une histoire.

Une façon beaucoup plus simple que d’apprendre à faire de la gym avec ses doigts c’est le théâtre d’ombre avec des formes que l’on découpe et que l’on colle sur des bâtons dont les ombres sont ensuite projetées par la lumière sur un écran ou sur un mur.

Rien ne vaut une belle soirée plongée dans l’obscurité pour reproduire les histoires de fantômes asiatiques ! Frissons garantis !

Il suffit de prendre quelques images sur Internet (en tapant « fantômes Japon » par exemple), de les imprimer, les découper puis les coller sur des petits bâtons. A vous ensuite de créer des histoires ou de reproduire celles qui existent déjà de Oiwa, Okiku ou Kaibyo et de faire peur à toute votre famille l’espace d’une soirée !

Selon l’âge (jeunes enfants ou grands ados) il faudra peut-être adapter les histoires.

La chasse aux fantômes

Déguisez vos enfants en Ghostbusters (chasseurs de fantômes en anglais) et demandez-leur de sauver la maison des fantômes !

Rien de mieux qu’une petite chasse aux fantômes pour égayer une soirée entre copains et copines ! Les enfants adoreront partir à la recherche des petits fantômes cachés partout dans la maison.

Il s’agira de cacher des figurines un peu partout. On peut coller des images de fantômes trouvées sur Internet, asiatiques ou autres, sur un support (morceaux de bois, crayons, carton ou autres ou même réutiliser les figurines du théâtre d’ombres). Le mieux est de plonger la ou les pièces dans une ambiance un peu tamisée et de jouer le jeu ! A vous les adultes de prendre le rôle d’un fantôme et d’aiguiller les enfants sur les cachettes avec votre grosse voix. Fous rires garantis !

L’atelier des masques fantômes

Avant de vous lancer dans une super soirée de fantômes asiatiques, il est important de créer les décors, mais aussi les déguisements !

En Asie de l’est, avec le théâtre, les acteurs portent souvent des masques pour représenter les esprits maléfiques. Il en existe de toute sorte. Le théâtre nô figurait notamment des démons. Les masques étaient en bois et peints à la peinture jaune et à l’encre noire. Il existe aussi en Thaïlande une fête des fantômes (Phit ta Khon) où les habitants défilent avec des tenues très colorées et d’énormes masques. Pour fabriquer ces masques gigantesques, ils n’utilisent que des matériaux de récupération ! Un panier en vannerie sur la tête et le visage fait de palme.

Fantôme Hannya blanche - masque théâtre nôFestival des fantômes - photo de Lin JudyMasque de fantôme - Phit ta Khon - photo de Surakrit



 




A
lors pourquoi pas se déguiser aussi à la mode thaïlandaise pour une fête des fantômes ? Vous pouvez vous aussi chercher des matériaux à recycler pour fabriquer un grand masque puis le décorer. Du carton pour la base fait très bien l’affaire. La petite astuce pour faire un masque plus sophistiqué : un ballon gonflé sur lequel on superpose des bandes de vieux papier journal enduites de colle. En séchant on obtient une base très dure sur laquelle il suffit de percer des trous pour les yeux et la bouche ! Il ne reste plus qu’à peindre… N’oubliez pas de peindre des flammes sur le masque ! Elles représentent les flammes des enfers dans lequel les fantômes et les démons vivent.

Les gâteaux fantômes

En reprenant des images trouvées sur Internet on peut fabriquer ses propres emporte-pièces en forme de fantômes d’Asie ! Il suffit d’imprimer les images. Puis de prendre du papier aluminium qu’on enroule afin de faire une bande épaisse et de suivre ensuite les contours du fantôme imprimé avec cette bande pour former le moule. Super facile non ?

Le grand jeu : la Murder Party

Pour les Vikings  je vous avais proposé un jeu de piste tout simple à mettre en place avec quelques images. Cette fois, je vous présente un scénario de Murder Party (soirée enquête en français).

Qu’est-ce qu’une Murder Party ? Une Murder Party c’est un jeu de rôle grandeur nature. Il y a au début du jeu une intrigue, un crime (souvent un meurtre) et le but du jeu est de trouver le coupable parmi les personnages. C’est donc un huis-clos. Chaque joueur interprète un personnage qui devra enquêter, trouver des preuves, résoudre des énigmes, en discutant avec les autres joueurs devenus personnages avec chacun son histoire. C’est avec la discussion qu’on trouve des indices, parfois aussi en collectant d’autres indices disséminés dans la pièce, puis, comme un puzzle, on finit par résoudre l’enquête. Le joueur qui joue le personnage coupable devra faire semblant et essayer de brouiller les pistes pour que personne ne le trouve, comme un vrai coupable ! L’intérêt d’une Murder Party c’est de s’amuser à jouer un personnage, c’est aussi le suspens de trouver la solution.

Pour qui ? Pour tous. Souvent, il s’agit plutôt d’une activité destinée à des joueurs à partir de l’adolescence. Déjà rien que le nom laisse supposer que si vous jouez avec des enfants il faudra peut-être adapter un petit peu l’activité car oui bien sûr il n’y a pas d’âge limite, il suffit simplement d’adapter le niveau de jeu.

L’organisation. Au départ il y a un scénario. Un lieu, un univers, des personnages et une intrigue à résoudre. Il y a un maître du jeu qui connait tous les détails du scénario, ainsi que la solution. Et des joueurs qui ne savent rien du scénario mais qui doivent chercher à le résoudre. Tous ce que les joueurs connaissent au début c’est leur personnage, qui leur a été donné par exemple sur une feuille (ou bien dans les plus gros jeux on peut aussi envoyer un mail bien avant la soirée événement pour mettre dans l’ambiance). Ainsi le maître du jeu pourra orienter les joueurs, donner éventuellement des indices, etc.

Vous pouvez télécharger l’activité toute prête à imprimer dans « Le livret d’activité pour découvrir le monde ». Ce livret est gratuit et vous trouverez le lien à la fin de cet article ou sur le côté. 

Pour aller plus loin

Les veillées de légendes de fantômes

Rien de mieux qu’une traditionnelle veillée autour de ces très intéressantes histoires de fantômes asiatiques. A la période d’Edo (environ entre 1600 et 1900), en été, les Japonais raffolaient d’histoires d’horreur et de fantômes, devenues très populaires et alors appelées Kaidan. Ils en faisaient un jeu où le but était de se raconter 100 histoires effrayantes en une soirée. A la centième, une chose terrible devait se produire… Il parait que c’était pour tester le courage des guerriers samouraï.

Vous aussi vous pouvez faire une veillée d’histoires d’horreurs. Pour cela vous pourrez vous inspirer des histoires dans les livres de Lafcadio Hearn qui a publié quelques titres spécialement sur le sujet :

  • Histoires de fantômes japonais
  • Fantômes du Japon
  • Kwaidan

Cinéma : le J-horror

Le cinéma nippon regorge de films d’horreur. Vous connaissez sûrement Sadako, l’adorable petite fille aux longs cheveux noirs de The Ring, d’Hideo Nakata… un lointain écho à Okiko sortant du puits… Ces films d’horreur sont même devenus un genre appelé le J-Horror.

Mangas

Vous trouverez quelques mangas aussi comme Kitaro le repoussant, de Shigeru Mizuki, adapté à l’écran en dessin animé, film et même jeu vidéo.

Jeux vidéos

En parlant de jeu vidéo, il ne faut pas oublier le petit (mais désormais vieux) Pacman. Ce petit héros en forme de fromage vient du Japon. Et la forme des fantômes, très occidentale avec leurs petits draps de couleurs, est inspirée de nos régions par le créateur du jeu. Un petit clin d’œil.

Et vous, quelles activités avez-vous déjà mises en place autour des fantômes ? Vous pouvez me le dire dans les commentaires !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *